banner_centre_marceau_epil3

Epilation définitive

Quels sont les résultats que l’on peut attendre de l’épilation laser?

Une épilation définitive permet de détruire des poils terminaux présents lors du traitement : les résultats varient selon l’âge, la zone traitée et parfois des facteurs qui ne sont pas expliqués ou prévisibles.

Etudes cliniques

Aux Etats-Unis, c’est le terme « épilation permanente » qui est employé par la « Food and Drug Administration ». Ce sont plus de 15 ans d’études cliniques et histologiques qui montrent que généralement 80 à 95 % des poils traités ne repoussent pas après une épilation laser bien conduite. 5 à 10 % des patients peuvent résister au traitement laser : cela est généralement lié à un traitement commencé trop jeune ou à des causes hormonales. Ces facteurs d’échec ou de faibles scores de réussite sont  recherchés lors de l’entretien préalable.

Les publications regroupent plus de 400 études et 100 revues de synthèse (pour consulter leurs résumés en anglais cliquer sur le lien : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/sites/entrez, puis entrer les termes de recherche : « laser hair removal »).

Comment obtenir une épilation définitive ou permanente ?

Il faut coaguler les 2/3 inférieurs des poils et de leur gaine. Le terme épilation définitive signifie que des poils détruits par le laser ne repoussent pas (d’autres poils peuvent apparaître, selon l’âge ou les changements hormonaux) : à ce jour aucun argument publié ne laisse supposer que des poils détruits histologiquement puissent repousser en dehors d’une intervention extérieure (stimulation), d’un changement hormonal.

L’épilation laser est rarement totale

Les poils terminaux se définissent comme des poils visibles, de forts diamètres, longs et colorés et les poils intermédiaires sont plus fins tout en restant pigmentés : le laser sera efficace sur cette pilosité et les résultats sont évalués sur ces poils.
L’épilation laser ne porte pas sur le duvet, sur les poils très clairs, blancs ou roux.

L’âge a un rôle déterminant sur le nombre de séances et les résultats

Les données issues d’observation de 80 000 épilations laser montrent que les résultats sont fortement influencés par l’âge au début du traitement et varient aussi selon la zone traitée, des facteurs hormonaux liés notamment à l’hérédité.

Les normes données dans nos pages tarifs sont valables chez la femme de 25 à 35 ans et chez l’homme après 35 ans. Plus un traitement d’épilation laser est commencé jeune, plus il restera de poils à l’issue du traitement.

 Chez la femme :

– de 13 à 18 ans, les séances sont toujours plus nombreuses ?
– de 18 à 25 ans : les prévisions sont imprécises, il est possible de faire quelques séances et de reprendre le traitement après 35 ans. Un traitement commencé après 35 ans pour une femme  sera beaucoup plus complet.
Les désordres hormonaux et l’arrêt d’une pilule contraceptive fortement dosée augmentent le nombre de séances

Chez l’homme :

– de moins de 35 ans dont la pilosité n’est pas mature, le laser risque d’accélérer la stimulation des poils. Un traitement commencé après 40 ans pour un homme sera beaucoup plus complet.

A noter que l’on observe quelques % de mauvais résultats hors norme (hérédité).

Ces explications conduisent l’équipe médicale à vous aider dans votre décision. C’est compréhension de ces phénomènes qui vous permettra de faire un choix éclairé. La médecine n’est pas une science exacte et les résultats attendus entrent dans une moyenne.

Les règles d’un traitement bien fait

L’épilation laser se pratique avec des lasers médicaux de classe IV :

Alexandrite ou YAG (pour les peaux noires et mates). Ces lasers sont puissants (fortes doses) et rapides (pouvant tirer à 3 millisecondes). Le diamètre des surfaces traitées et la rapidité de diffusion de l’énergie (fréquence de tir) pour des puissances élevées sont les derniers progrès observés en matière de laser d’épilation.

Les lampes flash (IPL ou Lumière Pulsée) demandent en général plus de séances pour un résultat moins complet du fait de leur faible puissance.

Le traitement est fait de façon minutieuse :

La méticulosité est importante et il faut avoir une grande rigueur et beaucoup de patience car le balayage de la peau se fait avec des spots de 15 à 24 mm de diamètre. Ces petits ronds de lumières doivent se chevaucher pour toucher tous les poils sous la peau.

Le traitement est réalisé avec des doses adaptées :

A la couleur et épaisseur des poils ainsi que de leur localisation car les poils ont une racine plus ou moins profonde selon leur emplacement.

Le traitement est effectué sur une peau non bronzée :

Une peau bronzée transforme la lumière en chaleur à la surface de la peau, qui contrairement au poil, ne refroidit pas vite : on évitera le laser sur un bronzage récent pour éviter le risque de brûlures superficielles. Il faudra attendre la disparition du bronzage avec pour conséquence la prolongation de la durée du traitement et du nombre de séance. Si le bronzage est ancien, il sera possible de réaliser des tests avant une séance. Les doses ou réglage du laser permettront de réaliser une séance dans les délais limites du cycle pilaire.

Eviter le soleil, les UV et l’auto-bronzant durant toute la durée du traitement n’est pas toujours facile mais apporte un gage de sécurité et d’efficacité.

– Les intervalles entre les séances, minimum et maximum sont respectés (sauf pour le visage ou l’intervalle entre les séances n’impacte pas le nombre de séances),

Il faut plusieurs séances pour obtenir un résultat satisfaisant.

Le nombre de séances indiqué dans nos pages permet une non repousse de 80% à près de 95% des poils terminaux présents lors du traitement.

Le nombre de séances varie selon :

la zone traitée : il faut moins de séances pour les aisselles, le maillot, les ½ jambes, et plus de séances pour le bas du visage, les cuisses, le dos chez pour la femme. Chez l’homme, il faut généralement 7 à 9 séances et plus.
la couleur de la peau : les peaux claires avec des poils foncés sont plus rapides à traiter.
l’énergie déployée : les résultats seront plus favorisés par l’utilisation d’une énergie élevée lors de chaque séance.

Le traitement est réalisé sur la durée d’un cycle pilaire :

Cette période s’étend de 7 à 18 mois (et plus) selon les zones traitées.

Espace entre les séances :

Dans l’absolu, on laissera au minimum 3 à 4 semaines entre les séances et au maximum 11 à 12 semaines. Un protocole classique proposera :
– 4 semaines d’intervalle entre la première et la seconde séance,
8 semaines entre la troisième et la quatrième séance,
11 à 12 semaines pour les séances suivantes. Les séances peuvent aussi être réalisées à la demande selon la repousse des poils avec minimum 3 à 4 semaines entre les séances et au maximum 11 à 12 semaines.

Le phototype et la couleur des poils conditionnent l’épilation laser

La mélanine est le pigment qui colore la peau et les poils. Le niveau de mélanine contenu dans la peau détermine le phototype de chacun. Le médecin qui vous reçoit établi votre « profil » selon la classification standard de Fitzpatrick.

Votre phototype sera utile pour prévoir les réactions de la peau et par conséquent il sera pris en compte dans le réglage du laser pour chaque zone à épiler (les poils et la peau ont de caractéristiques différente sur chaque zone du corps). Le réglage laser « les paramètres » seront décidés préalablement à chaque séance.

Le réglage du laser est défini en fonction du poil, qui doit chauffer en profondeur et de la peau, qu’il faut protéger :
– Peau blanche et poils noirs constituent les conditions idéales pour l’épilation définitive au laser.
– Une peau mate (phototype IV) devra être traitée avec une dose d’énergie moindre puisque la peau va absorber une partie de la lumière laser et la transformer en chaleur.

Le tableau suivant donne des indications sur les différents phototypes et les conditions d’efficacité de l’épilation laser selon le phototype et la couleur des poils :

Couleur de peauSensibilité au soleilCharge naturelle de la peau en mélaninePhototypeCouleur des poilsNiveau de condition permettant l’épilation laser
Peau très blancheTrès grande sensibilité au soleil. Brûle mais ne bronze pasAucune mélanineIPoils foncésConditions idéales pour l’épilation laser
Poils clairsÉpilation laser difficile, les poils sont pauvres en mélanine
Peau blancheGrande sensibilité au soleil. Brûle toujours et bronze difficilementTrès peu de mélanineIIPoils foncésConditions idéales pour l’épilation laser
Poils clairsÉpilation laser difficile, les poils sont pauvres en mélanine
Peau moyenne (châtains aux yeux clairs)Sensible au soleil. Brûle mais finit par bronzerPeu de mélanineIIIPoils foncésConditions idéales pour l’épilation laser
Poils clairsÉpilation laser difficile, les poils sont pauvres en mélanine
Peau moyenne type européen (bruns, yeux foncés, peau mate)Peu sensible au soleil. Bronze sans brûlerMélanine moyenneIVPoils foncésLes peaux mates se traitent avec prudence. (Laser Alexandrite ou Nd :yag)
Poils clairsÉpilation laser difficile, les poils sont pauvres en mélanine
Peau mate (asiatiques mats, méditerranéens, métis)Pas sensible au soleilAssez de mélanineVPoils foncésLes peaux mates se traitent avec prudence. Il faut tenir compte de la capacité de ces peaux à retenir le bronzage et traiter assez loin des périodes d’exposition au soleil. (Laser Alexandrite ou Nd :yag)
Peau noirePas sensibleGrande quantité de mélanineVIPoils foncésLes peaux noires se traitent avec un laser Nd : YAG
 Le protocole de traitement d’épilation laser

La prescription de traitement (réglage du laser)  est établie avec le médecin lors de chaque séance. Celle-ci peut être renouvelée si les conditions de traitement sont identiques et que l’évolution du traitement est satisfaisante : la pilosité est moins dense, les poils sont plus fins et les progrès d’une séance à l’autre sont visibles.

Les médecins du Centre Marceau suivent les mêmes stratégies de traitement et appliquent des  protocoles rigoureux décidés en comité médico-chirurgical. Les cas particuliers sont étudiés par l’ensemble des médecins du centre afin de proposer un suivi adapté à chacun. Vous êtes partenaire de votre soin et nous sommes à votre écoute pour satisfaire vos attentes. Vous pouvez choisir d’être suivi par le même médecin ou par tout médecin du centre, les protocoles sont suivis et tracés sur le dossier médical.

Le médecin peut décider de déléguer le balayage du laser sur la peau, il reste responsable du traitement et des protocoles appliqués. Le médecin est présent et peut intervenir à tout moment. Les prescriptions et les examens médicaux relèvent de l’exercice médical et sont distincts des informations générales qui vous sont données par des professionnels de santé ou des agents d’accueil.

Lexique

Fluence :

La fluence est l’énergie du tir par unité de surface, elle représente la dose d’énergie délivrée par le laser et est exprimée en joules par cm².
La fluence dérive de la puissance : watts/seconde/cm2. Un laser doit être assez puissant pour délivrer la fluence qui détruira les poils les plus profonds. La fluence nécessaire est très dépendante de la longueur d’onde et donc du laser lui-même.

Plus fort, plus vite :

Constatant que les poils fins ou clairs résistaient souvent aux traitements notamment sur des zones comme le bas du visage, le dos ou les cuisses (…), les fabricants ont augmenté la puissance des lasers. Cette course à l’armement permet :

– une épilation à plus forte fluence (dose d’énergie déposée sur la peau) améliore radicalement l’efficacité de l’épilation laser et permet une épilation définitive. Le praticien dispose d’excellents signes cliniques qui lui permettent de préjuger de l’efficacité de son traitement. Il s’agit de l’expulsion des racines pilaires de leur follicule et de l’apparition d’un œdème péri folliculaire qui ressemble à des petites boursouflures sur un fond érythémateux (rougeurs) en regard des zones traitées. La recherche de ces réactions lors des tests préalables au traitement est souhaitable.

– L’utilisation de spots de plus grande surface à des cadences plus élevées. L’utilisation d’appareils plus rapides permet de réduire la durée et donc le coût des séances.

– Les lasers à haute fluence dont la puissance peut être ajustée par le praticien offrent une grande souplesse pour adapter le traitement à chaque type de peau et de poil. Ces lasers permettent d’augmenter l’efficacité des tirs, d’allonger la durée de diffusion de l’énergie, d’adapter le diamètre de spot, de faire varier la fréquence de tir …

Temps de pulse :

Le temps de pulse est la durée d’émission du tir, il permet de régler la durée pendant laquelle le faisceau effectuera la transmission d’énergie. Le temps de pulse conditionne grandement l’efficacité du traitement et doit être réglé différemment d’une personne à l’autre et, pour une même personne, d’une zone du corps à l’autre.

Exemple de réglage du temps de pulse selon le type de peau et de poils :

– Peau claire avec des poils fins : Durée de tir courte (la peau claire peu chargée de mélanine ne chauffera pas trop et les racines des poils fins auront des chances d’emmagasiner assez vite la température nécessaire à leur destruction)
– Peau bronzée, mate ou noire : Temps de tir long.

Le réglage du temps de pulse d’un laser permet de personnaliser le traitement et d’obtenir des résultats optimaux. Il est donc préférable d’utiliser un laser récent qui dispose de plusieurs temps de pulse.

Le temps de relaxation thermique ou « TRT » :

C’est le temps au bout duquel le poil a restitué la moitié de la chaleur reçue à la peau. Les petits grains de mélanine qui colorent la peau et les cellules de l’épiderme ont des TRT très courts et refroidissent très vite. Les poils terminaux ont un TRT de l’ordre de 10 millisecondes pour la tige et 40 ms pour le bulbe. Avec une fluence efficace, la chaleur accumulée par les plus gros poils pendant le tir peut littéralement les faire exploser et les expulser du derme.

Diamètre du spot laser :

C’est la surface couverte par le spot laser. Un grand diamètre de spot favorise la pénétration cutanée. Les poils sont plus profonds sur certains zones du corps, un diamètre de spot « large » : 15, 18, 20, 22 à 24 mm sera donc plus efficace sur ces poils. Le balayage de la zone sera également plus rapide qu’avec un spot de petit diamètre (10 ou 12 mm). L’énergie du laser sera diluée dans une surface plus importante. Le laser doit être assez puissant pour que l’énergie délivrable reste élevée avec un spot plus large afin de ne pas perdre en puissance ce que l’on gagne en pénétration cutanée.

Quand arrêter les séances ?

En pratique, chaque patient peut arrêter son traitement lorsqu’il est satisfait des résultats et ne souhaite pas aller plus loin. Le bénéfice des séances supplémentaires fait l’objet d’un dialogue avec l’équipe médicale du Centre Marceau au moment de l’examen avant chaque séance.

Voici les questions à se poser :

– Avez-vous constaté des progrès depuis la dernière séance ?
– Voulez-vous aller plus loin dans les résultats ?

Si la réponse à ces questions est oui : vous pouvez vous engager dans une nouvelle séance.

– Avez-vous constaté des progrès depuis la dernière séance ?
– Voulez-vous aller plus loin dans les résultats ?
– Les résultats vous paraissent-ils satisfaisants ?

Si la réponse à ces questions est non, il est opportun d’aller plus loin dans le questionnement afin de décider d’arrêter le traitement pour éventuellement le reprendre quelques années plus tard.

  • Avez-vous observé une amélioration depuis le début du traitement ?
  • Combien de séance ont été faites ?
  • Les délais entre les séances ont-il été respectés ?
  • Quel est votre âge ?
Les poils peuvent-ils repousser après le traitement ?

Il peut y avoir une repousse après un traitement d’épilation laser.

Des cas de repousse s’observent lors de modifications hormonales (grossesse, acné tardive, calvitie précoce…), métaboliques (prise de poids,…), ou médicamenteuses (arrêt d’une pilule…).

Des stimulations mécaniques, médicamenteuses ou hormonales peuvent entrainer la néo-transformation de duvets en poils : cela ne traduit pas un échec de l’épilation laser, mais une évolution physiologique indépendante du traitement laser. Le cas le plus fréquent est lorsque le traitement laser commence trop jeune, alors que la pilosité n’est pas encore stabilisée. Dans ce cas, la pilosité va poursuivre son évolution après le traitement laser. Le traitement laser peut même accélérer cette évolution. Pour cette raison, un traitement d’épilation laser commencé trop jeune aura des résultats limités.

La minutie de l’opérateur laser lors du balaye de la peau a pu être imparfaite et des poils ont échappé au tir laser,  ou n’ont pas reçu assez d’énergie pour que détruire les 2/3 inférieurs du follicule soient détruits.

Important : l’apparition brutale d’une pilosité importante doit conduire à consulter un médecin. Les informations apportées dans ces pages traduisent nos connaissances à ce jour selon les limites des connaissances scientifiques sur l’épilation laser.

MAJ 102018