Efficacité de l’épilation laser avec anesthésie
 

Efficacité de l’épilation laser avec anesthésie

Le laser doit agir en profondeur pour chauffer sa cible

La couche la plus éloignée de l’épiderme « le stratum corneum » est composée de multiples interfaces, principalement des cellules mortes qui s’opposent à une bonne pénétration du faisceau laser collimaté qui touche la peau (la lumière ne doit pas se disperser pour être efficace).

Toute la partie du faisceau collimaté qui est réfractée, diffusée ou réfléchie (par les cellules mortes par exemple) lors du franchissement des multiples couches du  stratum corneum voit diminuer sa probabilité de pénétrer dans l’axe du faisceau et parallèlement augmenter sa probabilité d’être absorbée in situ.

Toute partie du faisceau collimaté qui aura été réfléchie en surface ou absorbée lors du franchissement du stratum corneum sera perdue et indisponible pour toucher sa cible.

Dans les deux cas, il s’en suit une perte d’efficacité.

Il n’y a pas de diminution d’efficacité des traitements après pose de crème anesthésiante de type EMLA.

La détersion du stratum corneum par l’excipient de l’EMLA, provoque un peeling chimique qui diminue le nombre d’interfaces. Il en résulte une meilleure pénétration du faisceau collimaté dans les tissus, donc l’efficacité du traitement,

Le remplissage des interstices du stratum corneum par l’EMLA encore humide comble les interfaces résiduelles, et favorise également la pénétration des photons dans les tissus, donc l’efficacité du traitement (l’effet est ici partiellement analogue à l’effet du gel que l’on pose sur la peau en échographie : amélioration de la pénétration de l’onde par réduction des interfaces).

LES SÉANCES D’ÉPILATION LASER